Comment améliorer son taux de conversion ?

Tout site web possède des objectifs. Pour les atteindre, il est nécessaire d’obtenir une bonne visibilité. Ainsi, grâce au référencement, un site web va pouvoir gagner en visibilité dans les moteurs de recherche. Cependant, cela est-il suffisant pour obtenir un bon taux de conversion ? Si votre site est buggé ou mal conçu, les internautes auront certainement plus de réticences à lui accorder leur confiance.

Référenceur : un métier à multiple casquettes ?

Le rôle du référenceur sera d’améliorer le positionnement d’un site dans les moteurs de recherche. Toutefois, il est important de réfléchir aux raisons qui nous poussent à améliorer la visibilité d’un site. Est-ce pour les beaux yeux de Google ? Ceux du client ? Non. Générer du trafic sur un site c’est bien beau, mais encore faut-il qu’il soit qualifié.

Ainsi, l’objectif visé par le référenceur sera de générer du trafic qualifié sur le site afin d’obtenir un plus grand nombre de conversion. Cependant, un site web, de par sa structure, son contenu ou son design par exemple, peut ne pas sembler pertinent auprès des internautes. Pour améliorer son taux de conversion, il est alors important d’endosser plusieurs casquettes ou du moins d’être sensibilisé aux différents aspects d’un site.

Quelques pistes pour améliorer son taux de conversion

Être également rédacteur web

Ce point-là n’est nouveau pour personne normalement : la rédaction web joue un rôle important dans le référencement. Cependant, rédiger pour les moteurs de recherche c’est une chose, mais est-ce que le texte va également séduire le visiteur ? Mettez-vous à sa place. Lisez vos contenus et demandez-vous si ces contenus vous donnent envie d’en savoir plus. Êtes-vous prêt à vous engager dans un processus de conversion ?

Si votre réponse est non alors imaginez celle de vos visiteurs, qui eux ne vous connaissent pas. Vous aurez beau générer autant de trafic que possible sur votre site, votre taux de conversion restera très bas. La première chose à faire sera donc de retravailler vos contenus, en pensant cette fois-ci un peu moins à Google et un peu plus aux internautes. Vos visiteurs ne sont pas des robots.

Penser aux aspects techniques

Les aspects techniques et l’architecture d’un site peuvent également être un frein au processus de conversion. Ainsi, il est important de vérifier que vos URLs pointent bien vers le bon contenu, et non vers une 404 par exemple. Certains sites sont très longs à charger… on se demande parfois si on n’est pas revenu 10 ans en arrière. Même si votre site n’en est pas encore là, faîtes attention à la vitesse de chargement de vos pages. Un site fluide séduira plus facilement vos visiteurs qu’un site qui a du mal à se charger.

De même, il est préférable de ne pas perturber les habitudes de navigation de vos visiteurs. Par exemple, il est triste de constater qu’en 2012 certains sites bloquent encore le clic droit, pourtant bien utile pour ouvrir plusieurs pages en même temps dans différents onglets afin de les lire ensuite. Si vous fixez des contraintes à vos visiteurs, ne vont-ils pas se sentir frustrés et aller voir ailleurs ? Alors pensez à vérifier qu’aucun élément ne pourrait venir perturber leur navigation.

Être sensibilisé à l’ergonomie web

L’ergonomie d’un site est un autre point important dans le processus de conversion. Les call-to-action sont certainement connus de tous maintenant, mais sont-ils suffisants ? Vous créez une jolie landing page optimisée comme il faut pour le référencement, vous incluez un call-to-action bien visible, vous faîtes quelques backlinks pour l’aider à se positionner, tout va bien à priori. Oui, mais… tous vos visiteurs ne seront pas forcément prêt à aller plus loin aussitôt. Certains souhaiteront peut-être consulter les autres pages du site pour être sûr de leur choix avant de remplir un formulaire d’inscription par exemple.

A ce moment-là, vous aurez beau soigner autant que possible votre landing page, si vos autres pages ne sont pas aussi soignées, il y a des risques que vous perdiez des visiteurs en cours de route. Pensez également au design de vos pages d’erreur 404. Un lien « retour vers la page précédente » ne sera pas forcément suffisant, notamment si votre visiteur vient d’un site externe qui vous fait un lien.